Pour ses campagnes l’association navigue vers les pays où l’avortement est illégal. A bord d’un bateau, elle pratique des avortements médicalisés précoces (jusqu’à six semaines et demi de grossesse) en toute sécurité, de manière professionnelle et légale.

L’application des législations pénales nationales, et donc des lois sur l’avortement, s’étend seulement aux eaux territoriales ; au-delà de 12 miles (ou 2 heures de navigation) c’est la loi néerlandaise qui s’applique à bord du bateau, rendant toutes les activités de Women on Waves légales.

L’association a déjà mis en œuvre des Campagnes Bateau réussies en Irlande (2001), Pologne (2003), Portugal (2004) et Espagne (2008). L’opération au Portugal ayant favorisé la légalisation de l’avortement en Février 2007.

Chapeau à sa fondatrice, médecin néerlandaise, qui a eu cette idée en 1999 alors qu’elle faisait le tour du monde à bord du Rainbow Warrior de Greenpeace. En 2006, cette dernière a également créé Women on web, service en ligne d’aide à l’avortement médicamenteux pour les femmes issus de pays dans lesquels l’accès à ce service est difficile.
Consultation en ligne et envoi discret de pilules abortives, permettant à ces femmes de prétendre à une fausse couche.

Pour plus d’info :
http://www.womenonweb.org/index.php?lang=fr

Quelques chiffres ?
- Chaque année 42 millions de femmes ont un avortement, 19 millions d’entre elles le font clandestinement.
- Toutes les sept minutes une femme meurt d’un avortement clandestin, soit 68 mille chaque année.

Voir en ligne http://www.womenonwaves.org/

Répondre à cet article