Fondée en 1996, AFESIP Cambodia a répondu à l’urgence de la situation de milliers de victimes de l’exploitation forcée à l’intérieur mais aussi à travers les frontières du Cambodge.

L’action de l’association englobe également la réhabilitation et la réintégration de ces victimes en visant l’indépendance financière de ces dernières et ce de façon innovante.

AFESIP Cambodia intervient à la fois sur les causes et sur les conséquences du trafic humain, notamment en assumant un rôle de prévention en matière de santé, de défense et de sensibilisation. L’association participe activement à des forums relatifs aux droits des femmes tant à un niveau national et régional qu’international.

Rappel du contexte :
De 1975 à 1979, le pays subit le contrôle du régime des Khmers rouges. Déportation, extermination, torture, travail forcé, au total, c’est plus de 2 millions de Cambodgiens qui périssent. Durant les années qui suivirent, des milliers de Cambodgien furent contraints de vivre dans des camps de réfugiés le long des frontières.

Le Cambodge est donc encore à l’heure actuelle, l’un des pays les moins développé de la zone. Pauvreté, absence d’éducation, chômage, touchent la population et plus férocement femmes et enfants, qui se trouvent alors dans des situations d’extrême vulnérabilité.
Ces facteurs expliquent en grande partie le développement du trafic humain au Cambodge et à travers ses frontières.

Les trafiquants sont des syndicats du crime organisé mais aussi les parents des victimes, leurs connaissances, leurs amis, leurs partenaires intimes ou encore leurs voisins.

La Somaly Mam Foundation est le principal financeur de AFESIP Cambodia.
http://www.somaly.org/about-us

Quelques chiffres :
- Population : 14,8 millions
- 65% de Cambodgiens ont moins de 25 ans
- 1/3 de la population vit en dessous du seuil de pauvreté national
- 50% des jeunes filles en zone rurale (85% de la population) travaillent au lieu d’aller à l’école

Voir en ligne http://www.afesip.org/

Répondre à cet article